21/11/2006

La qualité humaine Poutine jugée à l’aulne de ses discours

Le public occidental ne comprend pas toujours pourquoi les Russes gloussent, s'agitent nerveusement ou fixent le sol lorsque leur président s'exprime en public. La traduction simultanée des propos de Vladimir Poutine se révèle, en effet, souvent incapable de restituer le discours présidentiel dans toutes ses nuances et ses subtilités.

Encore premier ministre, sa cote de popularité grimpa vertigineusement lorsqu'il lança sa fameuse promesse de buter les Tchétchènes jusque dans les chiottes. Candidat à la présidentielle, il s'engagea à ne pas faire campagne comme on vend des Snickers ou des Tampax, et, une fois élu, il invita un journaliste français qui s'obstinait à l'interroger sur la Tchétchénie, à venir se faire circoncire à Moscou et de telle manière à ce que rien ne repousse. Interrogé lors d'une conférence de presse tenue avec son homologue ukrainien sur le rapprochement des anciens états issus de l'ex-URSS, il avoua que le processus allait prendre encore des années s'ils continuaient de "mâcher de la morve" plutôt que de s'atteler à la tâche.

Vulgaire ou impertinent, Poutine parle de façon très directe, et les gens le perçoivent immédiatement comme un des leurs. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il s'autorise ce genre de déclarations. Il suffit qu'il soit irrité ou mis en confiance pour que le vernis tombe, et le personnage se révèle tel qu'il est en son for intérieur.
Voici le dirigeant d’un des plus importants états de la planète. Ce n’est pas un cas isolé. Il n’est que de voir nos merveilleux dirigeants s’insulter copieusement à l’assemblée nationale, voire pour certains, en certaines occasions, en venir aux mains pour comprendre l’état de délabrement mental des esprits censés nous représenter.

En fait, ils nous représentent fort bien, et sont élus et réélus investiture après investiture, qu’ils soient grossiers, violents, menteurs, voleurs ou tueurs de centaines, milliers, ou millions de gens dans leur pays ou dans le monde. Peu en chaud pour celui et celle regardant tranquillement la télévision dans ses nombreuses inepties : le monde n’est qu’une représentation télévisée, servant à le distraire, lui faire verser de temps à autre une petite larme, histoire de se rappeler à sa bonne vie à lui, sa bonne vie à elle. Et il, et elle, ira voter pour sa crapule favorite, qui permettra à toutes les horreurs de perdurer aussi longtemps que l’être dit humain pourra continuer ainsi à exister, dans un monde qu’il n’aura pas encore totalement détruit. Tant que l’être humain ne s’améliorera pas individuellement, tous les discours bienséants ne seront que paroles jetées au vent, les lois des jets d’encre inutiles sur papier.

3 commentaires:

julien a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
julien a dit…

Bonjour,
Je travaille chez Reporters sans frontières. Nous voudrions reprendre votre billet sur Poutine sur www.rsfblog.org. Est-ce que vous êtes d'accord?
Si oui, votre article sera également traduit en anglais.
Cordialement,
Julien Pain

louis a dit…

pas de pb, et c'est valable pour tous les articles du blog, et avec plaisir
louis