01/03/2007

Cryogénie de l’être humain : entre rêve et réalité

Le beau rêve que de revenir un jour du plus profond de sa mort causée par maladie, accident ou vieillesse, et de revivre, peut être même pour l’éternité !

C’est ce que vous promettent les adeptes de la cryogénie, qui congèleront votre corps sitôt mort, le laissant en attente de fantastiques progrès de la médecine, notamment des nanotechnologies, qui sauront mettre ce qu’il faut dans le moindre recoin de votre organisme pour réparer ce qui doit l’être, améliorer même l’existant (celui d’avant votre décès), ôter la moindre trace par exemple de ces vilaines cellules cancéreuses vous ayant lentement et complètement détruit.

C’est beau l’espoir, c’est même souvent ce qui nous permet de tenir face à nos forts malheurs. Dieu existe peut être, mais c’est l’être humain qui saura le supplanter au sein même de sa vie terrestre pour la magnifier, prolonger, réparer ses tourments physiques.

Il vous en coûtera naturellement une forte somme, mais que ne ferait-on pas pour échapper au si fort malheur que de perdre la vie. Ils auront fort à faire ces scientifiques et techniciens du futur : la congélation du corps détruit de façon irréversible les cellules de votre organisme, notamment celles neuronales, siège de la vie humaine. Irréversible aujourd’hui, mais demain ?

C’est un peu comme réparer un réveil dont on n’aurait plus aucun composante intact, sauf que là c’est à l’échelle moléculaire. Il est vrai que la science magnifie toujours davantage ses actes au quotidien. Si on a l’argent : pourquoi pas ?

Il faudra évidemment faire également confiance dans la pérennité de la société vous mettant au froid pour des dizaines d’années, siècles éventuellement. Lorsqu’on sait que la moitié des entreprises disparaissent dans les cinq années : cela fait froid dans le dos !

Allez, c’est fait : vous êtes mort dans les années 2000, et vous renaissez dans un, deux... siècles. Vous avez victorieusement traversé les épreuves de la décongélation, réparation, renaissance, et l’entreprise à laquelle vous avez confié votre cadavre a elle aussi survécu au temps. Cerise nécessaire sur le gâteau, la Terre n’a pas disparu dans la folie humaine, et les tourments de l’histoire du futur n’ont pas fait disparaître ce beau projet de vous recréer. Les hommes du futur ne sont décidément pas si méchants que ça : ils veulent bien vous voir renaître à leurs cotés.

C’est décidément étonnant d’arriver à surmonter tous ces aléas. Ce n’est plus du rêve, mais presque de l’illusion. Mais on l’a dit : vous y êtes arrivé. Seul. Ben oui, il n’est pas beaucoup de gens qui décident de se faire congeler, même morts, ni qui ont l’argent nécessaire pour ceci. A la rigueur, vous avez un conjoint, des enfants, quelques amis ou connaissances. Vous avez vraiment de la chance !

Vous rendez-vous compte ? Vous voilà des siècles, voire millénaires en avant. Espérons que les hommes d’alors ne vous mettront pas en cage, dans le zoo des preuves du passé. Quant à vous, puisque c’est l’objet de l’article, espérons que vous saurez vous adapter au futur, vu le développement exponentiel du savoir de l’être humain. Votre psychologie risque fort d’en souffrir ! Ce serait triste d’avoir surmonté toutes ces supposées impossibilités de retour à la vie pour vous suicider ou être malheureux le restant de vos jours : pour l’éternité peut être.

7 commentaires:

raph a dit…

Tres beau texte qui en plus est vrai !!! Que deviendrait notre vie si on était éternel ?????

Cine a dit…

oui, très intéressant. Il est vrai que cela semble un pari fort risqué, mais n'est t-il pas plus facile de quitter la vie avec une lueur d'espoir ?
Un documentaire intéressant sur le sujet peut être trouvé à http://www.cine4me.com/#film:id=59
qui montre des exemples de personnes qui ont décidé de se faire congeler après leur mort et une petite visite dans le laboratoire !
Intéressant...et amusant.

A-2197 a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
A-2197 a dit…

Bonsoir Cousin(e)s Francais(e)s !Au début du dernier siècle, peu de gens aurait imaginé voir voler des avions pesant des milliers de tonnes, aller dans l`espace ou discuter comme nous le faisons via internet. Nos grand-parents auraient trouvé cela absurde et stupide qu’on puisse imaginer un jour qu’un coeur ou des organes d’une personne décédée puissent être transplantés après les avoir préservés au froid. Pour le docteur de Grey, spécialiste en bio-gérontologie, des preuves scientifiques en faveur de la cryogénisation existent. « Il y a des gens qui sont tombés dans de l’eau glacée de telle sorte que leurs cerveaux et leurs cœurs ont arrêté de battre pendant une heure au moins. Malgré cela, ils ont été réanimés et ils n’ont eu aucune séquelle.

A-2197 a dit…

Leur mémoire, leur personnalité et leur identité ont été préservées. » Aujourd’hui, avec l’avancement technologique, on se rend compte que tout cela est possible. La congélation du sperme à -196C est un des nombreux exemples que la Cryogénie fonctionne. L’artiste Céline Dion a eu recours à ce procédé pour avoir son 1er fils et ses jumeaux. Et que dire de plusieurs animaux qui meurent et qui reviennent à la vie (Pas l’hibernation) comme les grenouilles Nord-Américaines ?
En 1971, l’éminent gérontologue, Docteur George Martin, a fait l’observation suivante : Un investissement relativement modeste au niveau de la recherche pourrait théoriquement fournir à l’humain une solution partielle et intérim au « terrible problème de la conscience de la mort » récemment discuté par Sir John Eccles … Je dois vous avouer que la seule solution qui m’apparaît est celle de la préservation du système nerveux central. Le succès spectaculaire des procédures en cryobiologie en ce qui a trait à la préservation à long terme de la viabilité au niveau cellulaire suggère que, en principe, une préservation satisfaisante complète des organes pourrait être bientôt faite.

A-2197 a dit…

Bien sûr,la nécessité sera de faire la préservation in situ, en utilisant sans doute des techniques de perfusion.
Cette suggestion basée sur une proposition originale faite par R.C.W. Ettinger, est basée sur un fait et deux hypothèses. Le fait est que au point d’ébullition de l’azote liquide, les changements du système biologique sont généralement réputés pour être négligeables et ce, pendant une période de cent ans ou de mille ans. La première supposition est qu’il est possible de refroidir un humain à de telles températures sans fondamentalement détruire les informations concernant sa personnalité et sa mémoire contenues dans son cerveau. La deuxième hypothèse, est que les progrès médicaux et scientifiques continueront jusqu’à ce que la technologie de la résurrection médicale ne soit limitée seulement que par les lois de la physique. Si ces hypothèses sont bonnes, la mémoire ainsi que la personnalité des gens préservés par les méthodes d’aujourd’hui, devraient être intactes après que ces gens soient ressuscités par les technologies futures, et le temps de voyage médical peut être utilisé en attendant que la sénescence puisse être contrôlée. Il ne faut que considérer les preuves relatives à la validité des deux hypothèses qui sont à la base de la possibilité du temps de voyage médical.
La technologie en cryopréservation subi des changements révolutionnaires présentement. En 1971, la seule méthode disponible pour préserver la viabilité pour une période indéfinie était la congélation. Arrêtons d’être toujours négatif en ridiculisant toute nouveauté et faisons confiance à la Vie, à la Science et l’avancement Technologique.
PFC : Certains ont opté pour ne préserver que leur tête, ça parait pas fou comme démarche ça ?
Nous croyons que l’intelligence, la mémoire et la personnalité sont déterminées de façon primaire par la structure et la chimie du cerveau humain. Le but de la cryonie est de préserver le cerveau de façon intégrale pour que son identité unique soit aussi préservée afin que la Science du futur puisse être capable de faire revivre la personne. Mais bien que cette hypothèse soit communément acceptée en médecine, et que l’on sait que l’activité cérébrale peut rester un moment à l’arrêt et reprendre ensuite, l’idée de pouvoir conserver un cerveau avec les méthodes actuelles de façon suffisamment satisfaisante pour permettre sa résurrection reste mal acceptée. Les partisans de la cryonie mettent pourtant en avant des études qui laisseraient à penser que les fortes concentrations en cryoconservateurs circulant dans le cerveau avant son refroidissement peuvent empêcher son endommagement et feraient se conserver la structure fine des cellules qui seraient le siège supposé de la mémoire et de l’identité. Certaines personnes âgées ont accepté de ne conserver que leur tête (la neuro-suspension) et souhaiteraient avoir un corps récent, voir robotisé (bionique) dans certains cas ou de faire confiance à la nanotechnologie pour remédier aux maladies qui les ont amené à la mort. On peut également envisager le clonage.
La perte de toutes les informations du cerveau signifie que la personne a disparu de ce monde. Sans refroidissement spécial, la cryonie a peu de chance de fonctionner un jour. Parfois, cela peut se produire même lorsque le cœur bat encore, comme dans la maladie d’Alzheimer, ou en cas de «mort cérébrale» pour les patients en vie. La perte irréversible de la mémoire et de l’information de la personnalité dans le cerveau est parfois appelé le « critère de théorie de l’information » de la mort.
Certains scientifiques ont confiance dans le fait que la régénération des tissus sera perfectionnée au point où un corps humain pourra être refait à partir du cerveau. Cette technologie sera une progression naturelle venant des technologies imminentes qui seront capables de permettre la régénération vertébrale, la régénération des membres ainsi que la régénération des organes à la suite d’un grave trauma.

A-2197 a dit…

Les Cryonicists sont confiants que la science future sera capable de refaire un nouveau corps, ils choisissent de ne préserver que leur cerveau. En pratique, cela signifie que la tête complète de chaque « neuropatient », étant donné que le crâne fourni une protection maximale pour le cerveau. Ce qui reste du patient est habituellement incinéré. Certains choisissent l’option « neuro » pour différentes raisons.
Pour ceux qui croient en l’existence de l’âme, je tiens à vous annoncer une bonne nouvelle (sourire). « La cryogénisation n’empêche pas d’être croyant. Que nous soyons incinérées, enterrées ou congelées ne changera rien au destin de notre âme, si ca existe. » D’ailleurs, plusieurs personnes ayant opté pour la cryonie sont d’horizons divers : chrétiens, musulmans, juifs, etc.
Une question qui revient souvent : Les corps sont gelés, certains craignent que le ralentissement de la décomposition du corps ne soit pas suffisant pour préserver les fonctions vitales.
La préservation ne ralentit pas la décomposition, elle stoppe complètement le processus de décomposition. La cryonie ou cryogénisation (souvent confondue à tort avec la cryogénie), est un procédé de cryoconservation (conservation à très basse température) d’humains ou d’animaux dont la subsistance ne peut plus être médicalement assurée, dans l’espoir de pouvoir les ressusciter ultérieurement. Dans l’état actuel du savoir-faire médical, le procédé n’est pas réversible. Aux États-Unis, il ne peut être pratiqué que sur des humains pour lesquels un certificat de décès a été signé. La cryonie est toujours perçue de nos jours avec scepticisme par certains scientifiques et médecins. Cependant, un bon nombre de chercheurs qui espèrent de grandes avancées dans la médecine, notamment dans les nanotechnologies, qui pourraient permettre la régénération des tissus et des organes au niveau moléculaire, voire inverser les effets du vieillissement ou des maladies. Pour notre part, mon épouse et moi préfèrons prendre une chance que de rien tenter. Nous sommes heureux et nous n`avons pas assez de 24 heures dans une journée pour faire tout ce dont on voudrait. A+